Tables rondes " Internet :-) et :-( " un premier bilan

En décembre dernier, SOFFT invitait des femmes à des tables de conversation autour du thème « internet :-) et :-( » . Organisé dans le cadre de l'éducation permanente, ce moment permettait aux dames de s'exprimer mais aussi de s'informer sur internet et ses usages. Pascale Pluymen et Antonia Ramirez Gomez, formatrices, reviennent sur cette discussion.

Que retenez-vous de ces tables rondes, qui viennent de se terminer ?

Antonia Ramirez Gomez : je suis surprise. J'avais peur qu'avec ce sujet l'on n'aborde que les côtés négatifs d'internet. Mais ça n'est pas arrivé : nous avons abordé également tous les bons côtés.

Pascal Pluymen : Le groupe a également abordé les aspects plus sociaux d'internet : c'est un outil pour garder du lien. Mais elles ont eu également la justesse d'évoquer le fait qu'on ne peut pas passer uniquement par du virtuel : il faut également des liens « dans la vie réelle ».

Antonia : l'une d'entre elle a par exemple expliqué qu'un de ses enfants a retrouvé son père grâce à Facebook. C'était un des aspects positifs des réseaux sociaux, comme il en existe d'autres, plus négatifs. C'était une conversation très riche.

Pascale : un autre sujet de nos conversations : la dédramatisation du payement par internet. Ça leur permet d'avoir accès à des services qu'elles craignaient d'utiliser auparavant. C'est important pour l'insertion sociale de se permettre de participer à tous les services offerts. Nous avons aussi abordé des « classiques » : elles ont toutes appris qu'elles devaient accorder de l'attention aux réglages de leurs paramètres sur Facebook, par exemple.

Antonia : dès le début, nous avions fixé un thème qui était suffisamment ouvert pour permettre toutes les discussions. Le sujet était : « internet :-) et :-( ».

Pascale : nous n'avions pas voulu mettre de mots plus précis sur le thème : cela permettait d'être plus ouvert, moins restrictifs dans la discussion.

Antonia : très souvent nous entendons des discussions qui évoquent « les dangers d'internet » et cela oriente très fort la relation avec les nouvelles technologies et la manière de l'aborder. Là, nous avons voulu être plus ouverts. Nous avions pensé ces ateliers comme une discussion ouverte où nous allions aborder tous les sujets. Et elles sont venues, effectivement, avec les sujets qui les intéressaient. Elles se sont complétées les unes les autres.

Pascale : toutes avaient suivi une formation en PMTIC. Avec les PMTIC, elles découvrent que l'ordinateur peut faciliter la vie. Puis, grâce aux tables rondes, elles se rendent compte d'autres aspects de l'utilisation du numérique : tout n'est pas noir, mais tout n'est pas rose non plus.

Elles ont également battus en brèche l'idée que « l'informatique, c'est pour les mecs ». Cette idée ne circule plus comme il y quelques années, et toutes pensent qu'il est nécessaire de prendre la "chose" en main !


 


 

partager